Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 13:31


Respectons ce qui nous entoure en commençant par la terre et tout ce qu’elle contient  jusqu’au confint du ciel…

C’est notre héritage…

 

*

Chante belle sirène…

*

Aux confins des eaux dormantes,

Quand le ciel enroule son manteau,

Et disperse la brume dense,

Alors elles sortent de leur repos…

*

Elles ondulent au rythme du vent,

Et dansent au gré  des eaux,

Dessinant des formes géantes,

Sous l’astre aux couleurs chaudes.

*

Formant une ronde élégante,

Elles nagent loin des bateaux,

Car le son de leur voix étrange,

Est aussi fin que la brume de l’aube.

*
Soudain les montagnes blanches,

Résonnent de leur chant si beau,

Réveillant la nature somnolente,

Jusqu’à l’ultime assaut.

*

De la terre, comme un volcan,

Jaillit par la force des choses,

L’énergie tourbillonnante,

Pour se figer en quelque pose.

*

Le ballet des sirènes commence,

Le ciel lève le rideau,

En arabesque, elles transcendent

L’esquisse d’un merveilleux tableau.

*

Emportés par leur élan,

Jusqu’à l’apothéose,

Elles fusionnent avec le vent,

D’où naissent  quelques proses.

*

Elles ne perturbent pas les ondulances,

Qui accompagnent leur ode,

Bercées par leur luminescence,

Elles étalent  leur délicate robe.

*

Entre le bleu de l’océan,

Une certaine  douceur s’envole,

Qu’emporte le goéland,

Comme un amour grandiose.

*

Sirènes remplies d’élégance,

Dans leur contour et leur forme,

Au fond du regard, une transparence,

Vient caresser nos paupières closes,

*

L’éclat de leur force dense,

Nous emporte dans leur étau.

Et leur mélodie touchante,

Sur notre cœur est un baume,

*

Elles réveillent peu à peu  les anges,

Pour qu’ils résonnent de leur cor.

Leurs nageoires sur l’eau frémissante,

Troublent à peine l’aurore,

*

Qui déjà pointe doucement.

Les fées leur ont-elles jeté un sort,

Pour qu’elles chantent éternellement,

Jusqu’à frôler les fjords ?

*

Elles restent dans la légende,

Douces et belles, à la voix d’or,

Et leur spectacle étrange,

Résonne  aujourd’hui encore.

*

Accompagnant le silence,

Jusqu’à ce qu’il déborde,

Et vienne s’étaler en vagues lentes,

Sur les rêves des hommes,

*

 

Jusqu’au soleil levant,

Où le regard éclot…

*

Petite Marie.

Partager cet article

Repost 0
Published by petite marie - dans au gré des mots...
commenter cet article

commentaires

Mélancholia 01/03/2009 22:31

Malgré mes idées noires tu arrives toujours à éclaircir quelque peu mon ciel par tes poêmes... Quel bien de te lire !Merci et doux baisers de ta petite soeur- Mèl -

06paradise 16/01/2009 22:49

Trés joli texte Petite marieje sais que tu aimes les sirénes....et cette chanson, me vas loinJe regrette pas ma nage de ce soirAu plaisr de te retrouver

tony87 18/11/2008 19:46

bonsoir , bienvenue dans la communautéamitiéstony

Présentation

  • : LE BLOG DE PETITE MARIE
  • LE BLOG DE PETITE MARIE
  • : citations,poèmes et proses au fil du jour...en français et traduit en espagnol
  • Contact

Profil

  • petite marie(Marisol)
  • "Un instant de lucidité,
Est l’essence même de la vie,
Il est comme une Eternité,
Et d’une continuité infinie..."

 petite marie

EMAIL: marisol5000@gmail.com
  • "Un instant de lucidité, Est l’essence même de la vie, Il est comme une Eternité, Et d’une continuité infinie..." petite marie EMAIL: marisol5000@gmail.com

CLIQUEZ SI VOUS AIMEZ...RELAXE

Recherche

SUR L'AILE DU PAPILLON...











La violette
odorante
*
c'est la fleur qui me représente
discrète et touchante
si on la cueille, elle se métamorphose
elle est d'un beau mauve
fine par son essence
sur les âmes elle se pose
ses pensées sont tendre
comme les papillons de l'aube
et du matin au couchant
elle rejoint les fées des aulnes...

*
petite marie.







La violeta olorosa...

Es la flor que me representa
Discreta y conmovedora
Si la cosechan,se transforma
Tiene un encantador color violeta
Fina por su esencia
Sobre el alma se posa
sus pensamientos son ternura
como las mariposas del alba
Y desde por la manana
hasta que el sol se acuesta
Se une a las hadas de los alisos...




Archives

LE TEMPS EST PRECIEUX...







*
Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruits de lumière.
Daumal (René)
*

Articles Récents

  • À travers tes yeux…
    Photo de Lee Jeffries Allez Henri, il faut se lever, il est l’heure ! Ah, facile à dire. La nuit a été longue et la douleur aussi. Et une demi-heure plus tard… J’arrive enfin dans la salle de bain. Heureusement qu’elle est près du lit ! Aïe, ouille, et...
  • Fin de semaine...Fin de semana...
    *** Un fin de semaine, tout simplement. Avec deux de nos petits-enfants, de belles émotions, de jeux, de ballades, de découvertes et de beaux paysages avec eux! Un fin de semana, simplemente. Con dos de nuestros nietos, bellas emociones, juegos, paseos,...
  • UN JOUR…UN GRAND SAGE…UN DIA … UN GRAN SABIO…
    Ce qui ne signifie pas que les obstacles ne sont pas importants mais si nous apprenons de ceux-ci alors c’est un cadeau immense que nous fait la vie, quand nous avons conscience de cela! N'abandonnons jamais notre lutte de tous les jours parce que l’aboutissement...
  • L’onde…d’une mère, La onda…de una madre…
    Dans l’onde de la journée Elle suit la courbe effilochée Le regard perdu dans son dur labeur N’arrive même pas à chasser ses peurs. Dans l’ombre de son passé Là où les regrets se sont arrêtés Elle s’accroche aux effluves du cœur Celui remplit de torpeur....
  • ALYSSIA,NOTRE 4ème PETIT-ENFANT
    Bonjour à tous, Ayant eu un empêchement après la naissance de notre petite princesse, je publie aujourd'hui l'heureux événement qui nous comblent de joie,les heureux grands-parents que nous sommes! *** *** Hola a todos, Como tuve un contratiempo despues...
  • POURQUOI...? PORQUE... ?
  • Terre Mère tu te nommes…Tierra Madre te llamas…
    Je n’ai que mon cœur pour te dire Combien mes yeux débordent Quand je te vois à l’agonie Mon âme doucement s’effiloche. Pourtant quand l’automne fait son nid Et y dépose ses couleurs rouge et or, Il me semble te voir sourire De celui qui dit : tu vois,...
  • Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la
    Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la fin du jour, nous chassons les nuages... Petite Marie
  • LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
    LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
  • En promenade…De paseo…
    En promenade… J’aime le sentier de terre Sur lequel je marche après la pluie Les senteurs qui viennent du ciel Avec lesquelles je me sens vivre. J’aime la goutte d’eau sur la feuille fraîche Où la lumière vient faire son nid Le vent qui fredonne un air...

RIGEL...


*

Regarde-moi bien,

Je ronronne et te sens,

Je ne suis pas loin,

Fouinant dans le vent.

Et si tu me caresses un brin,

Je te répondrai tendrement.

*

ET LES MOTS PANSENT LES MAUX..

Les mots déambulent,
En courbes et en ondes,
Se posent comme des bulles,
qui éclatent en réponses...
*
Dans cette mer de souvenirs,
les maux poussent les vagues,
Et le coeur vibre,
En tam tam sauvage.
*
Tout est en ébullition,
Dans nos pensées et nos espoirs,
Nos désirs en rébellion,
Chassent les idées noires.
*
Et c'est l'éveil à la terre,
Après un dur labeur,
Quand la pluie arrive du ciel,
effaçant toutes nos peurs.
*
Alors les mots pansent les maux,
Des graines magiques,
Qui ça et là se posent,
Et font que nos projets aboutissent...
Petite Marie.

MON REVE.....QU'IL SE REALISE.



Il était une fois,
A l'orée de moi
Des mots éternels,
Sur un arc-en-ciel.
Ils me parlent de toi...
ou est-ce de moi?
Un jour, alors que mon regard,
se perdait entre deux nuages,
j'entendis le son d'un message,
et mon âme lâcha les amarres...

--------------------------------------------------------------------------------------------------- Compteur de visite html gratuit et sans inscription