Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 00:00
dunes-3-copie-1.jpg
***
(j'avais déjà publié ce poème en 2009, et comme les images sont revenues...), j'en ai aussi profité pour y rajouter la traduction en espagnol.
 
Je me laisse porter…par le fil de ces images d’antan qui resurgissent…une autre vie ?
*
 

Je me réveille au milieu de nulle part,

Des bruits de voix envahissent mes oreilles.

Je reste un peu à l’écart,

Entourée de gardiens qui veillent…

Je ne sais où est le point de départ,

Je regarde le lever du soleil…

Et au loin un cœur qui bat.

Serait-ce mon âme qui s’émerveille ?

Sur mes hanches, un simple pagne,

Habille ma peau couleur de terre.

Et autour de moi, le sable…

Des formes au loin s’élèvent,

S’approchent et m’enlacent,

Elles dansent en bougeant leur tête,

Au même rythme que leurs pas.

Peu à peu, elles m’emmènent,

Et le tout comme une préface,

Inonde le désert,

De chants que rien n’égale.

Les mots montent vers le ciel,

En une litanie délicate,

Pour ne pas troubler les déesses,

Qui gardent les pierres sans âges,

Comme leur lieu de sommeil.

J’entre dans la grande salle,

Là où les gardiens me laissent.

 J’avance seule, je suis lasse,

Mon unique pagne, on enlève.

Alors mon âme s’en va,

Pendant que mon corps baigne,

Dans l’énorme vasque.

Une étrange et profonde paix,

Envahit mes sens de haut en bas.

La lourdeur de mes paupières,

Trahit la torpeur qui me prend déjà,

Me laissant un immense bien-être.

Et sur ma peau un peu mate,

Je sens la douceur des doigts frêles,

Qui me caressent et me massent,

Avec l’huile parfumée et légère.

Mes cheveux peignés en une natte,

Brillent comme la voûte céleste.

Un sourire soudain m’échappe,

Me voilà enfin prête.

Mon bien-aimé me dévore du regard,

Mes mains sur les siennes je laisse,

Sur ma joue, ses lèvres passent,

Et ses ondes rejoignent les miennes.

Elles abreuvent la terre de toute part.

Alors je m’appelle Amour et je suis tienne,

Et l’énergie pure, fruit de nos deux âmes,

Je te la donne pour que tu sois éternel…

Petite Marie
*

Me llamo amor…

Me dejo llevar...por el hilo de esas imágenes de antaño que vuelven a surgir... ¿otra vida...?

 

Me despierto en medio de ninguna parte,

Ruidos de voz invaden mis oídos.

Me quedo un poco aparte,

Rodeada de guardiánes que velan…

No sé dónde está el punto de partida,

Miro la salida del sol…

Y a lo lejos un corazón que late.

¿Sera mi alma que se maravilla?

Sobre mis caderas, un simple tejido,

Viste mi piel color de la tierra.

Y alrededor de mí, la arena…

Formas a lo lejos se elevan,

Se acercan y me enlazan,

Bailan, moviendo su cabeza,

Al mismo ritmo que sus pasos.

Poco a poco, me llevan,

Y el conjunto, como un prefacio,

Inunda el desierto,

De cantos que nada iguala.

Las palabras suben hacia el cielo,

En una letanía delicada,

Para no turbar a las diosas,

Que guardan las piedras sin edades,

Como su lugar de sueño.

Entro en la gran sala,

Allí dónde los guardiánes me dejan.

Avanzo sóla, estoy rendida,

Mi único tejido, me quitan.

Entonces mi alma se va,

Mientras que mi cuerpo está inmerso,

En el inmenso pilón.

Una paz extraña y profunda,

Invade mis sentidos de arriba abajo.

La pesadez de mis párpados,

Traiciona el torpor que ya me invade,

Dejándome un infinito bienestar.

Y sobre mi piel un poco mate,

Siento la dulzura de los delicados dedos,

Que me acarician y me hacen masajes,

Con aceite perfumado y ligero.

Mis cabellos peinados en una trenza,

Brillan como la bóveda celeste.

Una sonrisa espontanea se me escapa,

Ya por fin estoy lista.

Mi amado me devora con la mirada,

Mis manos en las suyas dejo,

Sobre mi mejilla, sus labios pasan,

Y sus ondas se únen a las mías.

Abrevan la tierra por todas partes.

Entonces me llamo Amor y soy tuya,

Y la energía pura, fruto de nuestras dos almas,

Te la doy para que seas eterno…

Marisol

 

Safe Creative #1101208301520

Partager cet article

Repost 0
Published by petite marie - dans au gré des mots...
commenter cet article

commentaires

clementine 20/01/2011 22:49



tu dors ou c'est la réalité ?
très beau..


bonne soirée


clem



petite marie(Marisol) 20/01/2011 23:53



non je ne dormais pas...c'est comme les mots quand ils surgissent et que je les écris,cette fois-ci c'était des images...étrangement familière et pourtant....



sylvie 16/08/2009 22:44

bonsoir la douceur de tes mots habillent la peau de la poésie amitié bonne nuit sylvie

petite marie 16/08/2009 23:01


merci Sylvie et heureuse qu'elle te plaise,bonne nuit,cette fois-ci c'est la bonne je vais suivre Dame Morphée,bisous


Terlicoton 23/05/2009 13:58

Bravo petite Marie c'est superbebisousBéa

Terlicoton 23/05/2009 13:58

Bravo petite Marie c'est superbebisousBéa

Mèl 23/05/2009 13:58

Tes poèmes sont de plus en plus beaux ma petite Marie...Quel travail tu as fait, là !Les images sont magnifiques.Je t'embrasse et te souhaite un bon week-end.- Mèl -

Présentation

  • : LE BLOG DE PETITE MARIE
  • LE BLOG DE PETITE MARIE
  • : citations,poèmes et proses au fil du jour...en français et traduit en espagnol
  • Contact

Profil

  • petite marie(Marisol)
  • "Un instant de lucidité,
Est l’essence même de la vie,
Il est comme une Eternité,
Et d’une continuité infinie..."

 petite marie

EMAIL: marisol5000@gmail.com
  • "Un instant de lucidité, Est l’essence même de la vie, Il est comme une Eternité, Et d’une continuité infinie..." petite marie EMAIL: marisol5000@gmail.com

CLIQUEZ SI VOUS AIMEZ...RELAXE

Recherche

SUR L'AILE DU PAPILLON...











La violette
odorante
*
c'est la fleur qui me représente
discrète et touchante
si on la cueille, elle se métamorphose
elle est d'un beau mauve
fine par son essence
sur les âmes elle se pose
ses pensées sont tendre
comme les papillons de l'aube
et du matin au couchant
elle rejoint les fées des aulnes...

*
petite marie.







La violeta olorosa...

Es la flor que me representa
Discreta y conmovedora
Si la cosechan,se transforma
Tiene un encantador color violeta
Fina por su esencia
Sobre el alma se posa
sus pensamientos son ternura
como las mariposas del alba
Y desde por la manana
hasta que el sol se acuesta
Se une a las hadas de los alisos...




Archives

LE TEMPS EST PRECIEUX...







*
Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruits de lumière.
Daumal (René)
*

Articles Récents

  • À travers tes yeux…
    Photo de Lee Jeffries Allez Henri, il faut se lever, il est l’heure ! Ah, facile à dire. La nuit a été longue et la douleur aussi. Et une demi-heure plus tard… J’arrive enfin dans la salle de bain. Heureusement qu’elle est près du lit ! Aïe, ouille, et...
  • Fin de semaine...Fin de semana...
    *** Un fin de semaine, tout simplement. Avec deux de nos petits-enfants, de belles émotions, de jeux, de ballades, de découvertes et de beaux paysages avec eux! Un fin de semana, simplemente. Con dos de nuestros nietos, bellas emociones, juegos, paseos,...
  • UN JOUR…UN GRAND SAGE…UN DIA … UN GRAN SABIO…
    Ce qui ne signifie pas que les obstacles ne sont pas importants mais si nous apprenons de ceux-ci alors c’est un cadeau immense que nous fait la vie, quand nous avons conscience de cela! N'abandonnons jamais notre lutte de tous les jours parce que l’aboutissement...
  • L’onde…d’une mère, La onda…de una madre…
    Dans l’onde de la journée Elle suit la courbe effilochée Le regard perdu dans son dur labeur N’arrive même pas à chasser ses peurs. Dans l’ombre de son passé Là où les regrets se sont arrêtés Elle s’accroche aux effluves du cœur Celui remplit de torpeur....
  • ALYSSIA,NOTRE 4ème PETIT-ENFANT
    Bonjour à tous, Ayant eu un empêchement après la naissance de notre petite princesse, je publie aujourd'hui l'heureux événement qui nous comblent de joie,les heureux grands-parents que nous sommes! *** *** Hola a todos, Como tuve un contratiempo despues...
  • POURQUOI...? PORQUE... ?
  • Terre Mère tu te nommes…Tierra Madre te llamas…
    Je n’ai que mon cœur pour te dire Combien mes yeux débordent Quand je te vois à l’agonie Mon âme doucement s’effiloche. Pourtant quand l’automne fait son nid Et y dépose ses couleurs rouge et or, Il me semble te voir sourire De celui qui dit : tu vois,...
  • Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la
    Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la fin du jour, nous chassons les nuages... Petite Marie
  • LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
    LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
  • En promenade…De paseo…
    En promenade… J’aime le sentier de terre Sur lequel je marche après la pluie Les senteurs qui viennent du ciel Avec lesquelles je me sens vivre. J’aime la goutte d’eau sur la feuille fraîche Où la lumière vient faire son nid Le vent qui fredonne un air...

RIGEL...


*

Regarde-moi bien,

Je ronronne et te sens,

Je ne suis pas loin,

Fouinant dans le vent.

Et si tu me caresses un brin,

Je te répondrai tendrement.

*

ET LES MOTS PANSENT LES MAUX..

Les mots déambulent,
En courbes et en ondes,
Se posent comme des bulles,
qui éclatent en réponses...
*
Dans cette mer de souvenirs,
les maux poussent les vagues,
Et le coeur vibre,
En tam tam sauvage.
*
Tout est en ébullition,
Dans nos pensées et nos espoirs,
Nos désirs en rébellion,
Chassent les idées noires.
*
Et c'est l'éveil à la terre,
Après un dur labeur,
Quand la pluie arrive du ciel,
effaçant toutes nos peurs.
*
Alors les mots pansent les maux,
Des graines magiques,
Qui ça et là se posent,
Et font que nos projets aboutissent...
Petite Marie.

MON REVE.....QU'IL SE REALISE.



Il était une fois,
A l'orée de moi
Des mots éternels,
Sur un arc-en-ciel.
Ils me parlent de toi...
ou est-ce de moi?
Un jour, alors que mon regard,
se perdait entre deux nuages,
j'entendis le son d'un message,
et mon âme lâcha les amarres...

--------------------------------------------------------------------------------------------------- Compteur de visite html gratuit et sans inscription