Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:26


*

Un regard que l’on croise,

Entre l’ombre et la lumière.

Ses paupières se laissent échoir,

Doucement sur ses joues tièdes,

*

Il déambule de bas en haut,

Cherchant le jour qui se lève,

Mais soudain, il ébauche,

La courbe d’une larme rebelle.

*

Je vois son corps crispé,

Il attend, il désespère,

Le tourbillon de ses pensées,

L’emporte hors de ses rêves.

*

Je ressens tellement le gouffre,

Dans son univers,

Il a le goût du soufre,

Un sentiment amer…

*

Regardez autour de vous,

Il n’attend que ce petit geste,

Une âme qui vous dit tout,

Son amour, c’est tout ce qui lui reste.

*

Je garde la fréquence,

Fusion  entre ciel et terre,

Pour que chaque âme errante,

Retrouve son Adam et Eve...

*

 Si je devais faire un vœu,

A je, tu, il, nous, vous, elles,

Je ferais le don précieux,

De mon amitié éternelle…

*

Petite Marie.

Partager cet article

Repost 0
Published by petite marie - dans au gré des mots...
commenter cet article

commentaires

sylvie 09/08/2009 01:54

Bonjour ma petite marie tré jolie ta plume j'ai tes mots la courbe d'une larme rebellebon dimanche bises

Edouard 30/06/2009 11:41

Tu as de quoi nous émerveiller, et taquiner les cordes sensibles du lecteur, Petite Marie. Ce texte est une pépite. Bizzzzz

Cristal 29/06/2009 22:25

Oui petite Marie, regarder autour de soicela ne coûte rien que de tendre une main, d'esquisser un souriremerci de cette chaleur dégagée par cet écrit dont je partage les valeurs douce nuit à toi

mournat 23/06/2009 23:18

Petite Marie, je suis très contente de te retrouver. J'ai lu ton beau poème. Je vais certainement être hors sujet en te disant que j'ai pensé fortement à une personne de la rue en le lisant.  Hier, un homme qui n'existe plus pour la plupart des gens, un homme assis sur le bord du trottoir, le visage rouge m'a demandé une pièce. J'ai continué mon chemin en culpabilisant mais je savais que je ne pouvais pas donner toutes les fois à ceux qui mendiaient. Je l'ai entendu dire "Madame, s'il vous plait, écoutez moi". Alors je suis revenu sur mes pas. "Donnez-moi seulement un centime, s'il vous plait, c'est mon anniversaire aujourd'hui". Des grosses larmes coulaient. 'J'ai 38 ans, j'en parais plus n'est-ce pas?". J'ai cherché les quelques pièces que j'avais et les lui ai données. J'ai voulu lui parler mais il est monté dans un autobus, le visage inondé de larmes. Je n'oublierai jamais ce regard, ces mots. Je voudrais le rechercher pour lui parler sous le regard malveillant des gens. Je sais que je vais m'attacher à lui si je le trouve. Alors, que faire devant tant de désespoir ?  J'en suis bouleversée.On dirait presque que, sans le savoir, tu lui as dédié ce poème.  Merci. Bisous. Jacqueline

mournat 23/06/2009 23:17

Petite Marie, je suis très contente de te retrouver. J'ai lu ton beau poème. Je vais certainement être hors sujet en te disant que j'ai pensé fortement à une personne de la rue en le lisant.  Hier, un homme qui n'existe plus pour la plupart des gens, un homme assis sur le bord du trottoir, le visage rouge m'a demandé une pièce. J'ai continué mon chemin en culpabilisant mais je savais que je ne pouvais pas donner toutes les fois à ceux qui mendiaient. Je l'ai entendu dire "Madame, s'il vous plait, écoutez moi". Alors je suis revenu sur mes pas. "Donnez-moi seulement un centime, s'il vous plait, c'est mon anniversaire aujourd'hui". Des grosses larmes coulaient. 'J'ai 38 ans, j'en parais plus n'est-ce pas?". J'ai cherché les quelques pièces que j'avais et les lui ai données. J'ai voulu lui parler mais il est monté dans un autobus, le visage inondé de larmes. Je n'oublierai jamais ce regard, ces mots. Je voudrais le rechercher pour lui parler sous le regard malveillant des gens. Je sais que je vais m'attacher à lui si je le trouve. Alors, que faire devant tant de désespoir ?  J'en suis bouleversée.On dirait presque que, sans le savoir, tu lui as dédié ce poème.  Merci. Bisous. Jacqueline

Terlicoton 22/06/2009 08:07

C'est vrai Petite Marie que parfois un regard, un sourire peut apporter beaucoup à celui qui le reçoitBisousBéa

petite marie 23/06/2009 10:36


coucou Béa, je te remercie de tes passages fidèles, je passe te souhaiter une belle semaine ensoleillée et toute mon amitié, tendrement,bisous


Mélancholia 21/06/2009 23:48

Tes poèmes et ton coeur sont si grands que l'univers entier peut s'y blottir...Baisers de ta petite soeur,- Mèl -

petite marie 23/06/2009 10:39


bonjour ma petite soeur Mel, un grand merci pour tes passages et ton attention, je t'envoie la lumière de toutes les étoiles réunies pour t'y baigner en toute plénitude. De tout
coeur,tendrement,bisous


Présentation

  • : LE BLOG DE PETITE MARIE
  • LE BLOG DE PETITE MARIE
  • : citations,poèmes et proses au fil du jour...en français et traduit en espagnol
  • Contact

Profil

  • petite marie(Marisol)
  • "Un instant de lucidité,
Est l’essence même de la vie,
Il est comme une Eternité,
Et d’une continuité infinie..."

 petite marie

EMAIL: marisol5000@gmail.com
  • "Un instant de lucidité, Est l’essence même de la vie, Il est comme une Eternité, Et d’une continuité infinie..." petite marie EMAIL: marisol5000@gmail.com

CLIQUEZ SI VOUS AIMEZ...RELAXE

Recherche

SUR L'AILE DU PAPILLON...











La violette
odorante
*
c'est la fleur qui me représente
discrète et touchante
si on la cueille, elle se métamorphose
elle est d'un beau mauve
fine par son essence
sur les âmes elle se pose
ses pensées sont tendre
comme les papillons de l'aube
et du matin au couchant
elle rejoint les fées des aulnes...

*
petite marie.







La violeta olorosa...

Es la flor que me representa
Discreta y conmovedora
Si la cosechan,se transforma
Tiene un encantador color violeta
Fina por su esencia
Sobre el alma se posa
sus pensamientos son ternura
como las mariposas del alba
Y desde por la manana
hasta que el sol se acuesta
Se une a las hadas de los alisos...




Archives

LE TEMPS EST PRECIEUX...







*
Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruits de lumière.
Daumal (René)
*

Articles Récents

  • À travers tes yeux…
    Photo de Lee Jeffries Allez Henri, il faut se lever, il est l’heure ! Ah, facile à dire. La nuit a été longue et la douleur aussi. Et une demi-heure plus tard… J’arrive enfin dans la salle de bain. Heureusement qu’elle est près du lit ! Aïe, ouille, et...
  • Fin de semaine...Fin de semana...
    *** Un fin de semaine, tout simplement. Avec deux de nos petits-enfants, de belles émotions, de jeux, de ballades, de découvertes et de beaux paysages avec eux! Un fin de semana, simplemente. Con dos de nuestros nietos, bellas emociones, juegos, paseos,...
  • UN JOUR…UN GRAND SAGE…UN DIA … UN GRAN SABIO…
    Ce qui ne signifie pas que les obstacles ne sont pas importants mais si nous apprenons de ceux-ci alors c’est un cadeau immense que nous fait la vie, quand nous avons conscience de cela! N'abandonnons jamais notre lutte de tous les jours parce que l’aboutissement...
  • L’onde…d’une mère, La onda…de una madre…
    Dans l’onde de la journée Elle suit la courbe effilochée Le regard perdu dans son dur labeur N’arrive même pas à chasser ses peurs. Dans l’ombre de son passé Là où les regrets se sont arrêtés Elle s’accroche aux effluves du cœur Celui remplit de torpeur....
  • ALYSSIA,NOTRE 4ème PETIT-ENFANT
    Bonjour à tous, Ayant eu un empêchement après la naissance de notre petite princesse, je publie aujourd'hui l'heureux événement qui nous comblent de joie,les heureux grands-parents que nous sommes! *** *** Hola a todos, Como tuve un contratiempo despues...
  • POURQUOI...? PORQUE... ?
  • Terre Mère tu te nommes…Tierra Madre te llamas…
    Je n’ai que mon cœur pour te dire Combien mes yeux débordent Quand je te vois à l’agonie Mon âme doucement s’effiloche. Pourtant quand l’automne fait son nid Et y dépose ses couleurs rouge et or, Il me semble te voir sourire De celui qui dit : tu vois,...
  • Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la
    Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la fin du jour, nous chassons les nuages... Petite Marie
  • LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
    LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
  • En promenade…De paseo…
    En promenade… J’aime le sentier de terre Sur lequel je marche après la pluie Les senteurs qui viennent du ciel Avec lesquelles je me sens vivre. J’aime la goutte d’eau sur la feuille fraîche Où la lumière vient faire son nid Le vent qui fredonne un air...

RIGEL...


*

Regarde-moi bien,

Je ronronne et te sens,

Je ne suis pas loin,

Fouinant dans le vent.

Et si tu me caresses un brin,

Je te répondrai tendrement.

*

ET LES MOTS PANSENT LES MAUX..

Les mots déambulent,
En courbes et en ondes,
Se posent comme des bulles,
qui éclatent en réponses...
*
Dans cette mer de souvenirs,
les maux poussent les vagues,
Et le coeur vibre,
En tam tam sauvage.
*
Tout est en ébullition,
Dans nos pensées et nos espoirs,
Nos désirs en rébellion,
Chassent les idées noires.
*
Et c'est l'éveil à la terre,
Après un dur labeur,
Quand la pluie arrive du ciel,
effaçant toutes nos peurs.
*
Alors les mots pansent les maux,
Des graines magiques,
Qui ça et là se posent,
Et font que nos projets aboutissent...
Petite Marie.

MON REVE.....QU'IL SE REALISE.



Il était une fois,
A l'orée de moi
Des mots éternels,
Sur un arc-en-ciel.
Ils me parlent de toi...
ou est-ce de moi?
Un jour, alors que mon regard,
se perdait entre deux nuages,
j'entendis le son d'un message,
et mon âme lâcha les amarres...

--------------------------------------------------------------------------------------------------- Compteur de visite html gratuit et sans inscription