Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 20:53
Photo de Lee Jeffries

Photo de Lee Jeffries

Allez Henri, il faut se lever, il est l’heure !

Ah, facile à dire. La nuit a été longue et la douleur aussi.

Et une demi-heure plus tard…

J’arrive enfin dans la salle de bain. Heureusement qu’elle est près du lit ! Aïe, ouille, et la douleur continue. Mais personne dans la pièce pour m’entendre. Mes vieux os s’amusent à grincer comme une vieille porte coincée. Mes lunettes, mais où sont mes lunettes ? Les voilà, oh… il est déjà 11 h et c’est le jour de la visite de contrôle chez le médecin. Un exploit que j’accomplirai comme d’habitude, courage Henri.

Une heure plus tard devant l’arrêt du tramway…

Aïe, ouille, bon le voilà enfin qu’il arrive le tramway. Courage Henri, tu vas y arriver. Oooooh, la barre je la tiens, allez on monte, aïe… j’y suis ! Et maintenant le sourire en coin des gens qui me regardent sous toutes les coutures, si pénibles. Tiens, en voilà une qui rit en voyant mes grimaces et mes plaintes. Si elle savait, la longueur de toute une vie n’y suffirait pas à lui expliquer. Ouille, aïe, bientôt arrivé, encore un arrêt…

Ferme les yeux un instant Henri, ils ne te verront plus, leur indifférence ne blessera plus ton cœur fatigué. Aïe, ouille, oui oui je descends, un moment s’il vous plaît !

Le tramway repart… et moi je le regarde passer. Un vent frais sur mon visage qui apaise un peu ma douleur et… mais que suis-je venu faire ici ? Ouille, oui c’est cela, aller chercher du pain… oui, c’est bien cela…

Aïe, ouille, oooooh, maudite douleur !

Les passants regardent distraits, le vieil homme qui grimace, se plaint et les font sourires… mais ils ne savent pas qu’à travers ses grands yeux, le message gît, comme un vieux parchemin qui s’enroule lentement au coin de sa vie.

Petite Marie

Vidéo: Michel Pépé: fleur d’Amour:

A través de tus ojos…

¡Anda Enrique, hay que levantarse, es hora ya!

Ah, qué fácil es decirlo. La noche ha sido larga y el dolor también.

Y media hora más tarde…

Por fin llego al cuarto de baño. ¡Menos mal que está cerca de la cama!

Aí, aí, aí, y el dolor sigue. Pero nadie en el cuarto para oírme. Mis viejos huesos se divierten a chirriar como una vieja puerta atrancada. ¿Mis gafas, pero donde están mis gafas? Aquí están, vaya… ya son las 11 h y es el día de ir a la visita de control médico. Una hazaña que cumpliré como de costumbre, coraje Enrique.

Una hora más tarde ante la parada del tranvía…

Aí, aí, aí, bueno por fin llega el tranvía. Coraje Enrique, lo vas a conseguir. Oooooh, me cojo bien a la barandilla. Vamos, a subir se ha dicho, aí, aí, aí… ¡ya estoy! Y ahora la media sonrisa de la gente que me mira bajo todas las costuras, tan penoso es… Mira, he allí una de ellas que se ríe viendo mis muecas y quejas. Si supiera ella, toda una vida no bastaría para contárselo. Aí, aí, aí, casi hemos llegado, falta una parada…

Cierra los ojos un momento Enrique, ya no te verán más y su indiferencia no herirá más tu corazón cansado.

Aí, aí, aí, si ya bajo del tranvía. ¡Un momento por favor!

El tranvía sigue su camino…y yo lo veo alejarse. Un viento fresco sobre mi rostro que alivia un poco mi dolor y… ¿Pero que vine a hacer aquí?

Aí, aí, aí, ya lo sé, ir a buscar pan… si, eso es…

¡Aí, aí, aí, oooooh, maldito dolor!

Los transeúntes ven distraídos, el viejo hombre que hace muecas y quejidos, y los hacen sonreír pero no saben que a través de sus grandes ojos, el mensaje mora, como un viejo pergamino que lentamente se enrolla en la esquina de su vida.

Marisol

Repost 0
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 16:31

 

Il y a des jours où, quand tu regardes autour de toi, même si tu es bien, tu sens venir des flux de détresse. Tu ne sais pas de où, ni comment ils arrivent mais quand ils t'attrapent, c'est comme une vague immense qui te traverse toute entière. Il me reste encore à apprendre beaucoup de choses, chaque jour j’en ai conscience. Et alors je me demande : que faire dans ces moments, quand tu sais que tu ne peux pas rester indifférent envers la détresse des autres, qu’ils soient des hommes, des femmes ou des enfants ?

Je sais que dans ce monde il y a beaucoup de calamités générées par beaucoup de choses et l'une d'elle est l'ignorance. Je ne peux pas faire grand chose pour effacer les souffrances que les gens endurent, mais je peux faire quelque chose, bien que ce soit peu et c’est de faire en sorte que les personnes prennent conscience de la détresse des gens. Aujourd'hui je vous ai mis une vidéo d'une femme et sa souffrance. Je sais qu'il y a bien plus de personnes qui souffrent de calamités, mais j'ai choisi celle-ci entre toutes … des êtres sans défenses comme les petites filles. Comment effacer l’indifférence sinon en faisant en sorte que ce n’en soit pas une ?

  Petite Marie.

Je vous mets ci-dessous la vidéo : WARIS DIRIE, son combat…

(N’oubliez pas d’arrêter mon diffuseur de musique en haut à droite « deezer », pour la lecture de la vidéo, merci.

 

 

 


Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 11:34
IMPORTANT DE BIEN LIRE : 
Alors que nous sommes à l'aube d'une vaccination obligatoire, je vous transfère un lien qui n'est autre que celui du site du Syndicat National du Personnel Infirmier. 
A lire attentivement, et a relayer auprès de vos amis, car les médias n'en feront pas état, afin de ne pas nuire aux lobbies des laboratoires.
 
Pour une fois qu'il y a quelque chose de sérieux à faire suivre .....!!!!
 
Bonne journée.
 
 

http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-mefiance-des.html

Je pense qu'à l'heure actuelle, nous devons tous être bien informé sur des sujets aussi sérieux que notre santé et notre vie. Qui mieux que ceux et celles qui travaillent sur place  comme le personnel infirmier,pour nous dire et informer sur ce qu'il en est exactement à ce jour de ce thème récurant qui touche une grande partie de la planète. Même si c'est peu, je pense que cet article doit faire réfléchir le plus de monde possible pour qu'ils soient  tous prêt le moment venu. Je vous remercie de bien vouloir prendre le temps de le lire.
Je vous souhaite une bonne fin de semaine à tous et douces pensées vers vous.

NOTRE FORCE C'EST RESPECTER LA VIE...
Repost 0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 22:02

*
Je fais suivre un texte, (Timothée JEAN & Julie MARONCLES
LUTHIERS) ainsi qu'un lien video:
Cela fait réfléchir…
*
link
*
Un homme s'assit dans le métro à Washington DC et commença à jouer du violon. C'était un matin froid de janvier. Il joua 6 pièces de Bach pendant environ 45 minutes. Pendant ce temps, comme c'était une heure d'affluence, il a été calculé que plusieurs milliers de personnes avaient traversé la station, la plupart sur le chemin du travail.

Au bout de 3 min, un homme d'âge moyen remarqua qu'un musicien était en train de jouer. Il ralentit le pas pendant quelques secondes puis accéléra pour rattraper le temps perdu. Une minute plus tard, le violoniste reçut son premier dollar de pourboire: une femme jeta l'argent dans la caisse, sans s'arrêter et continua à marcher. Quelques minutes plus tard, quelqu'un s'adossa au mur pour l'écouter, mais regarda sa montre et reprit sa course. Il était de toute évidence en retard pour le travail. Celui qui fut le plus attentif fut un garçon de 3 ans. Sa mère le traînait, pressée, mais l'enfant s'arrêta pour regarder le violoniste. Finalement la mère le tira plus fort et l'enfant continua à marcher en regardant tout le temps derrière lui. Cette action fut répétée par plusieurs autres enfants. Tous les parents, sans exception, les forcèrent à avancer. Durant les 45 minutes où le musicien joua, seulement 6 personnes s'arrêtèrent et restèrent un moment. Environ 20 personnes lui donnèrent de l'argent mais en continuant de marcher normalement. Il reçut 32 dollars. Quand il s'arrêta de jouer et que le silence reprit ses droits, personne ne le remarqua. Personne n'applaudit ou ne manifesta un signe de reconnaissance.

Personne ne le savait, mais le violoniste était Joshua Bell, l'un des meilleurs musiciens du monde. Il joua l'un des morceaux les plus difficiles jamais écrits, avec un violon d'une valeur de 3,5 millions de dollars.
2 jours avant qu'il ne joue dans le métro, il jouait à guichets fermés dans un théâtre de Boston, où les places avaient été vendues, en moyenne, 100 dollars chaque. Ceci est une histoire vraie. Joshua Bell jouant incognito dans le métro était une expérience, organisée par le Washington Post, sur la perception, le goût et les priorités des gens. L'argument en était: Percevons-nous la beauté? Nous arrêtons-nous pour l'apprécier? Reconnaissons-nous le talent dans un contexte inattendu? L'une des conclusions possibles à une telle expérience pourrait être celle-ci: Si nous n'avons pas un moment pour nous arrêter et écouter l'un des meilleurs musiciens du monde jouer la meilleure musique jamais écrite, combien d'autres choses ratons-nous? »
*
Repost 0

Présentation

  • : LE BLOG DE PETITE MARIE
  • LE BLOG DE PETITE MARIE
  • : citations,poèmes et proses au fil du jour...en français et traduit en espagnol
  • Contact

Profil

  • petite marie(Marisol)
  • "Un instant de lucidité,
Est l’essence même de la vie,
Il est comme une Eternité,
Et d’une continuité infinie..."

 petite marie

EMAIL: marisol5000@gmail.com
  • "Un instant de lucidité, Est l’essence même de la vie, Il est comme une Eternité, Et d’une continuité infinie..." petite marie EMAIL: marisol5000@gmail.com

CLIQUEZ SI VOUS AIMEZ...RELAXE

Recherche

SUR L'AILE DU PAPILLON...











La violette
odorante
*
c'est la fleur qui me représente
discrète et touchante
si on la cueille, elle se métamorphose
elle est d'un beau mauve
fine par son essence
sur les âmes elle se pose
ses pensées sont tendre
comme les papillons de l'aube
et du matin au couchant
elle rejoint les fées des aulnes...

*
petite marie.







La violeta olorosa...

Es la flor que me representa
Discreta y conmovedora
Si la cosechan,se transforma
Tiene un encantador color violeta
Fina por su esencia
Sobre el alma se posa
sus pensamientos son ternura
como las mariposas del alba
Y desde por la manana
hasta que el sol se acuesta
Se une a las hadas de los alisos...




Archives

LE TEMPS EST PRECIEUX...







*
Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruits de lumière.
Daumal (René)
*

Articles Récents

  • À travers tes yeux…
    Photo de Lee Jeffries Allez Henri, il faut se lever, il est l’heure ! Ah, facile à dire. La nuit a été longue et la douleur aussi. Et une demi-heure plus tard… J’arrive enfin dans la salle de bain. Heureusement qu’elle est près du lit ! Aïe, ouille, et...
  • Fin de semaine...Fin de semana...
    *** Un fin de semaine, tout simplement. Avec deux de nos petits-enfants, de belles émotions, de jeux, de ballades, de découvertes et de beaux paysages avec eux! Un fin de semana, simplemente. Con dos de nuestros nietos, bellas emociones, juegos, paseos,...
  • UN JOUR…UN GRAND SAGE…UN DIA … UN GRAN SABIO…
    Ce qui ne signifie pas que les obstacles ne sont pas importants mais si nous apprenons de ceux-ci alors c’est un cadeau immense que nous fait la vie, quand nous avons conscience de cela! N'abandonnons jamais notre lutte de tous les jours parce que l’aboutissement...
  • L’onde…d’une mère, La onda…de una madre…
    Dans l’onde de la journée Elle suit la courbe effilochée Le regard perdu dans son dur labeur N’arrive même pas à chasser ses peurs. Dans l’ombre de son passé Là où les regrets se sont arrêtés Elle s’accroche aux effluves du cœur Celui remplit de torpeur....
  • ALYSSIA,NOTRE 4ème PETIT-ENFANT
    Bonjour à tous, Ayant eu un empêchement après la naissance de notre petite princesse, je publie aujourd'hui l'heureux événement qui nous comblent de joie,les heureux grands-parents que nous sommes! *** *** Hola a todos, Como tuve un contratiempo despues...
  • POURQUOI...? PORQUE... ?
  • Terre Mère tu te nommes…Tierra Madre te llamas…
    Je n’ai que mon cœur pour te dire Combien mes yeux débordent Quand je te vois à l’agonie Mon âme doucement s’effiloche. Pourtant quand l’automne fait son nid Et y dépose ses couleurs rouge et or, Il me semble te voir sourire De celui qui dit : tu vois,...
  • Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la
    Rien n'est gagné d'avance...chaque nouveau jour est à débattre... mais à la fin du jour, nous chassons les nuages... Petite Marie
  • LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
    LAERBEEK PROMENADE SEPTEMBRE 2014
  • En promenade…De paseo…
    En promenade… J’aime le sentier de terre Sur lequel je marche après la pluie Les senteurs qui viennent du ciel Avec lesquelles je me sens vivre. J’aime la goutte d’eau sur la feuille fraîche Où la lumière vient faire son nid Le vent qui fredonne un air...

RIGEL...


*

Regarde-moi bien,

Je ronronne et te sens,

Je ne suis pas loin,

Fouinant dans le vent.

Et si tu me caresses un brin,

Je te répondrai tendrement.

*

ET LES MOTS PANSENT LES MAUX..

Les mots déambulent,
En courbes et en ondes,
Se posent comme des bulles,
qui éclatent en réponses...
*
Dans cette mer de souvenirs,
les maux poussent les vagues,
Et le coeur vibre,
En tam tam sauvage.
*
Tout est en ébullition,
Dans nos pensées et nos espoirs,
Nos désirs en rébellion,
Chassent les idées noires.
*
Et c'est l'éveil à la terre,
Après un dur labeur,
Quand la pluie arrive du ciel,
effaçant toutes nos peurs.
*
Alors les mots pansent les maux,
Des graines magiques,
Qui ça et là se posent,
Et font que nos projets aboutissent...
Petite Marie.

MON REVE.....QU'IL SE REALISE.



Il était une fois,
A l'orée de moi
Des mots éternels,
Sur un arc-en-ciel.
Ils me parlent de toi...
ou est-ce de moi?
Un jour, alors que mon regard,
se perdait entre deux nuages,
j'entendis le son d'un message,
et mon âme lâcha les amarres...

--------------------------------------------------------------------------------------------------- Compteur de visite html gratuit et sans inscription